Loading

Arnaud DESPLECHIN - Cinéma : un art de l’ellipse

25/01/2021 - 15:00
Théâtre des Variétés-heure modifiée à15h
1 bd Albert 1er - 98000 Monaco
More details

CONFÉRENCE : Cinéma : un art de l’ellipse 

Arnaud Desplechin interrogé par Jacques Kermabon, critique de cinéma

 

ATTENTION CHANGEMENT D'HORAIRE : 15H

Présentation :

 

On imagine parfois que la vocation du cinéma est de montrer des personnes, des corps, des lieux, des actions, des relations, tout un ensemble face auquel le plaisir du spectateur serait lié au plaisir de voir sansêtre vu. Le travail de la mise en scène consisterait alors en bonne part à élaborer un monde de fiction plausible auquel le spectateur puisse croire, voire  s’identifier.

Au départ, il y a le plus souvent un scénario et chaque cinéaste s’empare à sa manière de ce texte dont il est parfois l’auteur.

Illustrant ses propos avec des extraits de ses films, Arnaud Desplechin évoquera, en compagnie de Jacques Kermabon, les enjeux concrets de cette confrontation avec la matière filmée, telle qu’elle a lieu sur le plateau du tournage avant de trouver une forme définitive au montage.

« Quand on fabrique », dit-il, « on le fait avec des intuitions, et ce qui est primordial pour moi, ce sont les acteurs ; le placement des caméras est lié au fait de ne pas les embêter, de ne pas faire trop de prises mais d’en faire suffisamment. Il y a beaucoup de stratégies qui se mettent en place, c’est comme une scène de théâtre. »

Un des enjeux de la mise en scène peut alors plus apparaître comme le souci de sonder des mystères au lieu d’apporter des réponses, de suggérer plutôt qued’affirmer. Le travail du film relèverait moins du souci de créer un monde visible que de le faire pressentir par des ellipses

 

Cette conférence est organisée en collaboration avec l’Institut audiovisuel de Monaco.

 

Arnaud Desplechin

Réalisateur

 

Né à Roubaix en 1960, Arnaud Desplechin intègre l’IDHEC en 1980. En 1991, il fait une entrée fracassante dans le cinéma français en réalisant, à quelques mois d’intervalle, La Vie des morts (Prix Jean-Vigo 1991) et La Sentinelle, en compétition à Cannes en 1992. Suivent Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) et Esther Kahn, son premier film en langue anglaise.

Il reçoit le prix Louis-Delluc en 2004 pour Rois et Reine, grand succès public et critique, renouvelé avec Un conte de Noël (2008). En 2012, il réalise son premier film aux Etats-Unis, Jimmy P. (Psychothérapie d’un Indien des Plaines), d’après le livre de l’ethnopsychanalyste Georges Devereux.

Trois souvenirs de ma jeunesse lui a valu le César du meilleur réalisateur en 2016. Les Fantômes d’Ismaël fait l’ouverture du Festival de Cannes 2017, hors compétition, tandis que Roubaix, une lumière concourt à la Palme d’or en 2019.

Book

Barbara CASSIN - Cheminer en philosophie

04/02/2021 - 19:00
Maison des Océans
195 Rue Saint-Jacques - 75005 Paris
More details

CONFÉRENCE : Cheminer en philosophie

Expérimenter la différence des langues

 

Présentation :

 

S’il est difficile, voire impossible, de définir précisément ce qu’est un philosophe, son parcours esttoujours un éclairage sur ce qui l’a animé et continue d’orienter sa pensée.

Au cours de cette conférence, Barbara Cassin propose de partager son travail sur la différence des langues.

Elle voudrait déployer son rapport à la langue, aux langues, à la traduction, à partir d’un certain nombre d’expériences successives, et prendra pour point de départ son goût pour le grec et son plaisir étonné prisà traduire, entre poésie et philosophie.

Elle s’appuiera en particulier sur le travail collectif du Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, lui-même paradoxalement traduit et adapté dans une dizaine de langues. Elle se demandera alors ce que signifie traduire des intraduisibles, qu’est-ce que la traduction ? Et peut-on donner à voir quelque chose d’aussi abstrait que la traduction au moyen d’une exposition ? Elle réfléchira sur les différentes expositions qu’elle en a pu proposer, à chaque fois liées au lieu et au moment.

Enfin, commentant la phrase d’Umberto Eco : « La langue de l’Europe, c’est la traduction », Barbara Cassin proposera de réfléchir sur la manière dont la traduction, comme savoir-faire avec les différences, peut servir de modèle, non seulement épistémologique mais aussi politique, pour penser la citoyenneté d’aujourd’hui.

 

Les Rencontres Philosophiques et la Fondation Prince Pierre se sont associées pour proposer une conférence invitant un philosophe à retracer sonitinéraire intellectuel, son processus de création, le sens de ses recherches. Laparole est donnée à des figures de la pensée contemporaine, invitées à direpourquoi elles se sont engagées en philosophie, comment cet engagementinspire encore l’actualité de leur réflexion et l’avenir de leur œuvre et de laplace qu’elle doit garder dans l’espace public.

 

Barbara Cassin

Membre de l’Académie Française

Philologue et philosophe

 

Directrice de recherches au CNRS, philologue et philosophe, Barbara Cassin est spécialiste de philosophie grecque. En 2018, elle est la neuvième femme à avoir été élue à l’Académie française.

Elle travaille sur ce que peuvent les mots, sur la rhétorique, la sophistique, la psychanalyse, sur le rapport à la langue et à la traduction. Chevalier de la Légion d’honneur, elle reçoit le grand prix de philosophie 2012 de l’Académie française et le French Voices Grand Prize 2015.

Commissaire de l’exposition « Après Babel, traduire » (MuCEM de Marseille en 2016-2017 et de la Fondation Bodmer de Genève en 2017-2018), elle a tenté de montrer comment ce que nous appelons « notre » civilisation s’est constituée, via la traduction, en tant que savoir-faire avec les différences et apprentissage d’une citoyenneté élargie.

Book

Jérôme BASTIANELLI - Mais qui était donc Vinteuil ?

15/02/2021 - 18:30
Théâtre des Variétés
1 bd Albert 1er - 98000 Monaco
More details

CONFÉRENCE : Mais qui était donc Vinteuil ?

 

Présentation :

 

Si Marcel Proust ne lui donne même pas de prénom, le compositeur Vinteuil occupe tout de même une place importante dans A la recherche du temps perdu. Il permet notamment à l’écrivain d’illustrer deux thèmes qui lui sont chers : par ses œuvres audacieuses, Vinteuil montre que le propre de l’artiste est de porter un regard nouveau sur le monde ; par le contraste entre sa vie timide et bien rangée avec le charme ensorcelant de son art, il confirme que la vie d’un artiste n’a pas grand-chose à voir avec son génie. 

Mais à quels musiciens Proust pensait-il lorsqu’il a imaginé ce personnage ? En partant des pistes qu’il a lui-même livrées dans sa correspondance, enrichies des témoignages de ceux qui l’ont connu ou des recherches récentes sur la place de la musique dans ses textes, nous passerons en revue tous les « candidats » possibles, jusqu’aux plus inattendus.

Chaque portrait sera illustré d’un court extrait musical, afin d’imaginer à quoi pouvait donc ressembler la fameuse Sonate de Vinteuil.

 

Jérôme BASTIANELLI

Écrivain et critique musical

 

Jérôme Bastianelli, haut fonctionnaire, occupe actuellement les fonctions de directeur général délégué du Musée du quai Branly – Jacques Chirac, à Paris. 

Écrivain et critique musical, il a édité les deux traductions ruskiniennes de Proust (collection « Bouquins », Robert Laffont, 2015) et publié un Dictionnaire Proust-Ruskin (Garnier, 2017). Il est également l’auteur de biographies de Federico Mompou, Félix Mendelssohn, Piotr Ilitch Tchaïkovski et Georges Bizet. Son roman La vraie vie de Vinteuil a paru chez Grasset en 2019. Depuis janvier 2018, il préside la Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray.

 

Book

Sylvie GERMAIN - Acoustique de l'écriture

22/03/2021 - 18:30
Théâtre des Variétés
1 bd Albert 1er - 98000 Monaco
More details

CONFÉRENCE : Acoustique de l'écriture

 

Présentation :

 

Il y a dans l'écriture, comme dans toute création artistique, une ampleur de résonance polyphonique : on n'écrit, on ne crée, que dans le sillage de traces et d'échos laissés en nous - dans notre mémoire, notre sensibilité, notre pensée et notre imaginaire - par des lectures, des paroles entendues, des œuvres picturales, cinématographiques, chorégraphiques, architecturales vues, contemplées, des œuvres musicales écoutées ... Toute voix singulière est nourrie, irriguée par une rumeur montée de l'enfance, et en amont, des lointains du temps, en cours, du présent qui bouge et bruite autour de nous.

Il y a dans l'écriture une profondeur de résonance particulière : la langue propre à un écrivain précède toujours celui-ci de plusieurs siècles, elle le déborde, le surpasse totalement. La langue, ce matériau si fluide, impalpable, de l'écrivain, recèle une mémoire très dense, chaque mot a une histoire, une généalogie parfois très ancienne, complexe et foisonnante, et certains vocables ont une grande amplitude de vibration.

Ce sont ces diverses résonances qui traversent toute écriture, ainsi que les silences qui les scandent - ou qui les trouent, que se propose de questionner cette conférence.

 

Sylvie GERMAIN

Auteur

 

Née en 1954 à Châteauroux (Indre), Sylvie Germain suit des études de philosophie à la Sorbonne et à l'Université de  Paris Nanterre où elle soutient une thèse de doctorat en 1981.

Après divers emplois notamment de documentaliste et d’enseignante de 1977 à 1993, elle se dédie aujourd’hui exclusivement à son activité littéraire.

Depuis 1984, elle publie une vingtaine de romans et récits et une quinzaine d'essais consacrés à la spiritualité, à des villes et à des artistes, à la peinture et à la photographie.

Elle a notamment écritLe Livre des nuits (Gallimard, 1984) récompensé par six prix littéraires,Nuit d'Ambre (Gallimard, 1986), Tobie des marais (Gallimard, 1998 – Grand Prix Jean Giono), Magnus (Albin Michel, 2005 - Prix Goncourt des lycéens 2005), Le vent reprend ses tours (Albin Michel, 2019).

 

 

Book

Georges VIGARELLO - Le renouvellement de l’hygiène avec le XXe siècle

08/04/2021 - 19:00
Maison des Océans
195 Rue Saint-Jacques - 75005 Paris
More details

CONFÉRENCE : Le renouvellement de l’hygiène avec le XXe siècle

Les contributions du Prince Albert Ier de Monaco

 

Présentation :

 

Une double dynamique scientifique et technique bouleverse la vision et les pratiques de l’hygiène à la fin du XIXe siècle : les microbiologistes, dont Pasteur, mettent en évidence des causes pathologiques insoupçonnées.

La détection des sources infectieuses devient un principe d’hygiène, la défense à leur égard, par une extension de la propreté, un principe immédiatement associé.

L’originalité, dès les années 1900, est de systématiser cet ensemble de repères, de les inscrire dans la loi, d’intensifier la coopération internationale pour accentuer défenses et protections.

Monaco, au début du siècle du Prince Albert Ier, répond à de telles conditions, réservant spécifiquement un accueil hôtelier jugé d’un modernisme particulièrement soigné. Par ailleurs, le Prince inaugure en 1908 un établissement thermal où se côtoient les nouveautés savantes et les appareils sophistiqués.

Le sceau plus singulier du Prince tient à son influence sur la réflexion internationale. Son discours inaugural du Congrès de Monaco pour favoriser le développement des stations hydro-minérales, maritimes, climatiques et alpines des Nations alliéesen 1920 se donne en programme : retrouver un élan sanitaire grandement compromis par la Grande Guerre et étudier minutieusement les ressources de la mer dont il est un des pionniers. Il exprime ainsi un hymne à l’eau et au soleil, une dénonciation d’« exploitations industrielles » mal maîtrisées, une insistance sur la recherche comme principe de bien-être et de progrès. Une manière, en définitive, de replacer l’hygiène en irremplaçable condition d’entretien de la vie.

 

Cette conférence est proposée à l’occasion de la commémoration du centenaire de la disparition du Prince Albert Ier de Monaco.

 

Georges Vigarello

Historien

 

Né en 1941 à Monaco, Georges Vigarello est un historien spécialiste de l’histoire de l’hygiène, de la santé, des pratiques corporelles et des représentations du corps.

Ancien élève de l’ENS (éducation physique), agrégé de philosophie, directeur d’études à l’EHESS, membre de l’Institut universitaire de France et ancien président du conseil scientifique de la BNF, il est l’auteur de nombreux ouvrages aux éditions Seuil tels que : Histoire de la beauté,le corps et l’art d’embellir, de la Renaissance à nos jours (2007), Les métamorphoses du gras, histoire de l’obésité (2011), Le sentiment de soi, histoire de la perception du corps(2014), La robe, une histoire culturelle (2017), Histoire de la fatigue, du Moyen Âge à nos jours (2019).

Book