Chargement en cours

L'Analphabète

25/11/2019 - 19:00 au 15/03/2020 - 15:00
Artistic Théâtre
45 bis rue Richard Lenoir - 75011 Paris
En savoir plus

Reprise à partir du 25 janvier 2020 !

Durée 1h

 

De Agota Kristof

Par et avec Catherine Salviat

Sociétaire honoraire de la Comédie-Française

Scénographie et lumières François Cabanat

 

Catherine Salviat, sociétaire honoraire de la Comédie-Française, fera entendre L'Analphabète, récit autobiographique écrit par Agota Kristof, l'auteur de la magnifique trilogie (Le Grand Cahier, La Preuve et Le Troisième Mensonge). Ce texte épuré, poignant et drôle, parle de sa découverte de la lecture, de son entrée dans l'écriture, mais aussi de l'exil et de l'abandon de la langue maternelle pour ce qu'elle nommera la langue de l'ennemi. Tout l'art de Catherine Salviat est de lui prêter corps et voix en le faisant entendre comme si elle l'inventait à mesure...

 

La presse en parle :

Le seul récit autobiographique d'Agota Kristof, surtout connue pour Le Grand Cahier, est simple, limpide et lumineux, d'une grande densité, d'une immense sensibilité. L'Humanité 

 
Dans la pénombre de l'intimité d'une écrivaine, c'est la voix de Catherine Salviat qui ouvre les portes et converse avec les fantômes. Le Monde Libertaire 
 
Catherine Salviat interprète les mots d'Agota Kristof avec un remarquable talent, tout en justesse et en finesse. La Terrasse 
 
Eclairée magnifiquement par François Cabanat, elle dit avec simplicité et son oeil malicieux cette vie éloquente de passion pour les mots, la lecture et l'écriture. Froggy's delight 
 
Un spectacle chargé d'humanité qu'il faut voir à tout prixON-zegreen

La Mégère apprivoisée

13/01/2020 - 20:30 au 11/03/2020 - 19:00
Artistic Théâtre
45 bis rue Richard Lenoir - 75011 Paris
En savoir plus

Profondément insoumise, résolument moderne avant la lettre, la Mégère apprivoisée revendique le droit à la parole et à une certaine liberté. Ici, l'histoire (mi-contemporaine, mi-élisabéthaine) se noue, autour d'un cinéma ambulant sur la place d'un village, dans les années 50 en Italie.

Non, Catarina ne se laisse pas faire. Elle est en rébellion contre toutes les autorités patriarcales et machistes de son temps. Et on serait tenté d’imaginer que Shakespeare est de son côté et qu’il nourrit de l’admiration pour sa « Mégère ». En revanche, il n’hésite pas à clore son histoire par un texte misogyne, assumé par une Catarina métamorphosée.
Surprise ? Dans cette adaptation de La Mégère, il convient de faire apparaître entre les lignes que notre héroine n’est pas dupe, qu’elle n’a pas baissé les armes. Ce discours, finalement par trop provocateur, peut devenir un jeu amoureux, un jeu érotique, un jeu social.
 
Catarina devient alors la métaphore de l’actrice, elle endosse le rôle de la femme docile dans une relation complice et ludique avec son mari. Humour et jubilation sont de mise dans cette comédie haute en couleurs, empreinte d’une extraordinaire vitalité.
 
Durée 1h30