Chargement en cours

DE PALMAS

25/07/2017 - 22:00
Théâtre du Château
Théâtre du Château - 83310 GRIMAUD
En savoir plus
Gérald De Palmas est un artiste majeur de la variété française. 
« La dernière année », son premier album sorti en 1994, et le single « Sur la Route » devient un énorme succès. De Palmas est élu Meilleure révélation aux Victoire de la Musique 1995, ce qui lui permet de rencontrer son public à travers plus de trois cent concerts. 
Son second album « Les lois de la nature » sort en 1997, mais connaît un accueil plus mitigé. De Palmas connaît ensuite le vertige la page blanche. La création s’interrompt. 
Il s’en va donc voir Jean-Jacques Goldman chez lui. Ce dernier écrit le texte de la chanson « J'en rêve encore ». Cela réenclenche le processus créatif de De Palmas qui aboutira à son troisième album      
« Marcher sur le sable », un disque enregistré de façon passionnée. 
2002 sera réellement l'année de la consécration : élu Meilleur artiste interprète aux Victoires de la musique, il enchaîne sur une tournée de plus de 180 concerts.
Les tubes s’enchaînent : « Une seule vie », « Regarde-moi bien en face ». Sa chanson « Tomber », sur des paroles de Maxime Le Forestier, étant même reprise en anglais par Céline Dion.
Grâce à ce succès incontesté, on lui proposera même d’écrire des chansons pour Johnny Hallyday. Une consécration prénommée « Marie »… 
 
En 2014, Gérald De Palmas a célébré les deux premières décennies de sa carrière solo en publiant un album, entre fugue et raison, dominé par l’anglais. Bercé par la musique anglo-saxonne depuis l’adolescence, il franchissait le pas et décidait de s’exprimer dans la langue fantasmatique de la pop. 
Après une tournée de 70 concerts en 2014, Gérald De Palmas revient en 2016 
 
Sur son nouvel album, « Pour la beauté du geste », il a convenu de joindre à nouveau la parole en français. Pour ce faire, il est retourné à la Réunion, où il est né, pour tout reprendre à zéro. Juste avec une guitare et une feuille de papier. 
Mais alors que Gérald se sentait parfois otage de cette nécessité de faire sonner sa langue natale, parvenant même à développer un phrasé unique qui a amplement contribué à son succès, il a souhaité se repositionner. Se libérer des cases de son échiquier. L’heure est à la franchise.
Des vers forts, des couplets bruts, des refrains vivants.
Les titres sont des ricochets. « Il faut qu’on s’batte », « T’es belle à en crever », « J’ai envie de toi », de splendides gifles.  On le reconnaît bien là. Car cette beauté, elle est en lui depuis longtemps. Il lui suffisait de trouver le moyen de la laisser jaillir. Histoire de rattraper ce temps qu’il n’a même pas perdu.
 
Réservez

FLAVIA COELHO

01/08/2017 - 22:00
Théâtre du Château
Théâtre du Château - 83310 GRIMAUD
En savoir plus
Flavia a parcouru tous les chemins du monde. Depuis les morros de Rio de Janeiro aux rues pavés de Paris. Son chant a résonné des rades aux abris-bus, des cafés-concert aux plus grands festivals du monde. La nomade est chez elle là où elle se sent accueillie. Son refuge est un nid douillet, un cocon de papillons, une chrysalide faite studio. Un sanctuaire parisien, à l’abri du temps qui passe et du bruit qui court. Au commencement, rien qu’une guitare et toute une vie en bandoulière. Les amis, les amours, les rencontres, les déceptions, les bonheurs les espoirs et les rires. Ne pas attendre la beauté du monde. L’inventer soi-même. Abracadabra. Un nouvel album est né. Son troisième : « Sonho Real ». 
Qu’y a-t-il de plus beau qu’un mirage réel ? 
Une impression de voyage nous saisit à chaque titre. Les mélodies sont solaires, toute en légèreté. Toujours dansantes. On y trouve des senteurs de forro et des parfums de ragga, la frénésie des rythmes ska et la nonchalance du dub reggae
Et pourtant… Il y a quelque chose du saudade dans les textes de Flavia. Saudade, ce mot intraduisible.
Ni tristesse, ni bonheur. Ce serait trop simple les cases, les tiroirs et les étiquettes. Flavia les a toujours déjoués, pulvérisés. Elle est une femme plurielle. Irriguée de tant de fleuves et de confluents qu’elle embrasse le monde. Elle est un doux mélange de tout ce qui la constitue. Et quand ce monde ne lui convient plus, Flavia en réinvente un : son rêve réel (sonho real).
 
Réservez

BEN L'ONCLE SOUL

08/08/2017 - 22:00
Théâtre du Château
Théâtre du Château - 83310 GRIMAUD
En savoir plus
Avec un premier album vendu à plus de 450 000 exemplaires, une tournée sold-out avec près de 300 concerts en France, en Europe, aux USA et au Japon, Ben l'Oncle Soul marque l'actualité musicale depuis 2010.
En show-man détonnant, celui que tout le monde reconnait maintenant sous le nom de "Ben" est devenu le Maestro français de la Soul Music, élu Révélation Scène aux Victoires de la Musique 2011.
 
Aretha Franklin, Ray Charles, Sam Cooke, Wilson Pickett, Otis Redding ou Marvin Gaye ont bercé son enfance. 
Après avoir réarrangé quelques tubes pop pour sonner miraculeusement comme des standards de la Motown (« Seven nation army », « Sympathique », « Crazy », « Barbie Girl »). 
Après avoir réussi à ré-imposer la soul music en France avec des titres accrocheurs (« Soulman », « Petite sœur », « Elle me dit »), Ben a relevé un autre défi : poser sa voix sur les mythiques titres de Franck « The Voice » Sinatra.
 
Tout a commencé à Los Angeles, où Ben L’Oncle Soul était parti prendre du recul comme autant d’avance. Ben est au volant de sa belle voiture, et dans l’autoradio une compilation de Sinatra qui collait parfaitement avec l'ambiance du soleil et des palmiers... Une musique cinématographique :  Sinatra, la voix de l'Amérique, le rêve incarné. 
Cette voix l’a guidé dans son épopée. Du coup, il se met à acheter les vieux disques vinyles de Sinatra. Peu à peu, il entre dans ses textes, dans ses mots, dans sa voix.
« Under my skin », « New York New York », « The good life », « Fly me to the Moon » et bien entendu « My way ». Ben revisite à la sauce soul/ trip-hop/ reggae les plus grands standards de l’étalon italo-américain.
Ces chansons dont on semblait tout connaître, Ben se les approprie pour nous en délivrer d’autres perspectives, aux contours autobiographiques, pour nous livrer un message de paix et de mélancolie, doux et amer, voix sobre et arrangements sombres… Classieux et classique, à l’image du personnage qui les a portées au firmament.
 
Réservez