Loading

LA CHICA + EDA

04/12/2021 - 20:00 to 23:30
More details

Concert initialement prévu le 07 mai 2020 reporté au 04 décembre 2021

Concert assis

La Chica

« En Amérique latine, nous parvenons tant bien que mal à vivre et concevoir un monde où les valeurs s’exaltent dans la vigueur communicative d’une réalité multiculturelle » cette réalité décrite par Carlos Fuentes résume la signature du projet crée par Sophie Fustec : LA CHICA. Puisque c’est bien de cette « réalité multiculturelle » entre l’Amérique Latine et la France, entre Paris Belleville et le Venezuela, que naissent ses compositions, ses paroles et son style.

À travers sa musique, La Chica réunit ces deux mondes en proposant un collage de textures sonores, empruntées à son héritage et à diverses influences modernes, tout en cassant les codes établis. C’est autour du piano et des claviers que s’est créé son univers, mélangeant habilement ses inspirations classiques, son amour pour Debussy avec la profondeur des nappes de synthés analogiques. Sans déguisements, elle transmet une émotion à l’état brut, entre pensées abstraites et introspection poétique.

Sophie Fustec est née à Paris d’une mère Vénézuélienne et d’un père Français. Elle a grandi au sein du 20ème arrondissement de Paris, Belleville, mais aussi à Merida (l’ouest du Venezuela) où elle partait régulièrement visiter sa famille maternelle. Sophie a débuté la musique très jeune, par le violon et puis le piano qu’elle étudiera pendant 13 ans au conservatoire. Après des études d’ingénieur du son à l’ESRA, elle commence à jouer dans des groupes déjà installés de la scène musicale française. En tant que musicienne, accompagnement clavier-voix, elle a l’occasion de tourner avec des artistes tels que Zap Mama, Mayra Andrade, Pauline Croze et Yaël Naim qui lui permettent de consolider une forte expérience scénique dans le milieu musical.

Ëda

Eléonore Diaz Arbelaez est chanteuse et contrebassiste. Ses premières expériences musicales, du rock psyché à la salsa, et son héritage culturel l’amènent au goût du mélange. Elle écrit et chante en espagnol, dans la langue des poètes qui l’inspirent, car elle est franco-colombienne.

En 2015, elle rencontre Anthony, musicien et réalisateur dans le monde pop et jazz. Il connaît, lui aussi, la musique latine ; avant de faire partie de 3SOMESISTERS, il a collaboré avec Ricardo Herz (Brésil) ou encore Niuver (Cuba).

Dès lors, ils entament un travail complice autour des textes et des compositions d’Eléonore, s’inspirant de la puissance d’une Lhasa de Sela, l’onirisme d’une Björk, la profondeur abyssale d’un James Blake ou encore la douceur d’une Omara Portuondo. Au terme d’un cheminement qui s’est enrichi au fil du temps, comme l’aboutissement d’une quête de soi, ils fusionnent musiques traditionnelles latines et electro-pop actuelle.

 

BOOK

Rover + Djen

11/12/2021 - 20:00 to 23:00
More details

Rover

Fort d'un nouvel album « Eiskeller », Rover continue d'explorer le terrain de jeu de ses diverses influences rock. De ses années passées à l'étranger et de ses voyages, Rover sait tirer le meilleur de diverses cultures musicales auxquelles il s'est confronté. Empruntant tant aux classiques du rock britannique qu'à des influences pop très larges, Rover se plait à créer de véritables pièces sur ses albums où sa voix si particulière porte à merveille une instrumentation précise, et à la production toujours extrêmement soignée. 

 

Djen

A la fois chanteur, violoncelliste, producteur et pianiste, Djen est avant tout un artiste qui tisse des liens, qui déplace des frontières jusqu'à les faire disparaître.

Issu du "seul en scène", c’est avec cette formule qu’il a choisi de défendre ses nouveaux morceaux teintés de pop, de classique et de Gospel. Aussi à l’aise avec le grand répertoire qu’avec les productions modernes,
il cherche ici l’équilibre entre l’acoustique et l'électronique. Sur un fil entre l’introspection et la joie, la douceur et la puissance émotionnelle, sa musique s’adresse au plus grand nombre, sans distinction d'âge, de classes ou de genres.

Des chansons ancrées dans le réel, qui racontent l’état du monde avec cette volonté de « faire sa part » en utilisant le talent qui est le sien. Un artiste expressif, généreux, sincère... un tisseur de lien.

BOOK

Rick le Cube - Vers un nouveau monde

21/01/2022 - 19:30 to 22:30
More details

spectacle prévu le 15 janvier 2021 reporté au 21 janvier 2022

Début du spectacle 20h00

Spectacle audiovisuel, assis / À partir de 6 ans

Rick Le Cube, vers un nouveau monde est un spectacle jeune public à la croisée des musiques hybrides, improvisées, des arts numériques et du road-movie.

L’histoire raconte les aventures de Rick, petit personnage cubique et muet. Dans cette odyssée futuriste, on découvre un vaisseau mystérieux, qui survole une planète décimée, avalant les dernières formes de vie sur son passage. Rick, se lance à la poursuite de sa famille, prise au piège de ce labyrinthe mécanique dans lequel habitent aussi toute une foule de personnages étranges…

À la fois concert cinématographique et électro-acoustique, SATI dévoile un univers surréaliste porté par la poésie des images et des ambiances sonores. Leur pratique des nouvelles technologies fait aussi de ce spectacle une expérience immersive, qui se joue des frontières entre réel et virtuel.

Une science-fiction étonnante, une exploration vers un nouveau monde…

L’Armada Productions

 


BOOK

Nina Attal + Gunwood

29/01/2022 - 20:00 to 23:30
More details

Nina Attal 

D’après une enquête publiée par le New York Times l’an dernier, nombreuses sont les jeunes femmes à s’être lancées dans l’apprentissage de la guitare durant les confinements imposés par la Covid 19 ! A 29 ans, la chanteuse et guitariste française Nina Attal fait presque figure de pionnière au regard de cette génération spontanée, avec plus de 600 concerts au compteur. Intitulé Pieces of Soul, son quatrième album marque pourtant chez elle un retour aux sources, puisé dans le blues, le rock et le rythm’n’blues à l’origine de son amour pour l’instrument quand, âgée d’une douzaine d’années, elle s’échinait à apprendre, seule, les riffs de Jimmy Page et Angus Young, sur une guitare électrique offerte par son père.

Gunwood

Oubliez les armes à feu, ce Gun-là, c’est pour Gunnar, Gunnar Ellwanger. Une naissance en Angleterre, des parents allemands, une adolescence en région parisienne après une enfance outre-Rhin : et voilà un trilingue au prénom… scandinave. Comme un symbole du brassage de cultures qui alimente l’identité de Gunwood. Le “wood”, c’est le bois, l’arbre, ses racines enfouies et ses branches conquérantes, tels des chemins de vie qui fusionnent et se séparent, se fendillent et repoussent de plus belle. À quoi bon choisir entre poésie folk et puissance rock, entre liberté des seventies et tranchant des nineties, entre harmonies irlandaises et reliefs américains quand on peut tout entremêler et créer ainsi de nouvelles boutures ?

Ouverture des portes : 20h00

BOOK

Cabadzi + Glauque

11/02/2022 - 20:00 to 23:30
More details

Cabadzi

Après leur collaboration inattendue avec le réalisateur Bertrand Blier, le duo CABADZI revient cette année avec un 4ème album : BURRHUS.

Le titre fait référence a une expérience bien connue en psychologie comportementale : la théorie de Skinner, initiée par le professeur Burrhus Frédérik Skinner dès les années 30 dans son laboratoire de Harvard. En plaçant dans une boîte d'abord des rats puis des pigeons, il va démontrer l’importance de la récompense aléatoire dans le phénomène d’addiction. Au début l’animal n’a qu’à actionner un levier pour faire tomber la nourriture, mais très vite Skinner complique l’expérience en offrant seulement une croquette de temps en temps. Les pigeons deviennent fous, et même rassasiés ils passent leurs journées à actionner le levier-bouton, obtenant ainsi une récompense inférieure à 1% du temps passé.

C'est ce bouton qui allait bouleverser le sort de l'industrie du jeu et plus tard des réseaux sociaux : toutes les applications en ligne ont recours à ce biais comportemental.

Glauque

27 mars 2020, le premier EP éponyme de Glauque sort enfin, clôturant l’épais premier chapitre de la carrière du groupe. Un détail imprévu s’est pourtant invité quinze jours plus tôt. Alors que le très attendu 6-titres commence sa vie en plein confinement, le groupe connaît, par l’annulation de ses concerts, son premier réel temps de pause depuis son apparition fin 2018. L‘opportunité de faire germer des idées jusque-là irréalisables dans la tête des cinq Namurois.

Trois mois après la naissance de cet EP, voilà que Glauque, créatifs perpétuels, donne déjà naissance à un deuxième né sous la forme d’une réécriture de leur répertoire ; 7 morceaux offrant de nouvelles versions de Vivre, Robot, Plane et ID8, qui oscillent entre les états schizophréniques que l’on a tous pu ressentir pendant ce confinement. Un jour, une irrésistible envie de sortir et de faire la fête. Le lendemain, le repli sur soi et les incessantes remises en question sur l’inédite situation d’alors.

À l’image de la dualité de l’adjectif Glauque, l’EP Réécriture dégage également deux facettes distinctes ; l’une creusant le squelette électronique de la poésie, l’autre la dépouillant par l’authenticité de l’acoustique. Toutes autant de manières de répondre aux morceaux originaux composés il y a déjà deux années.

 

BOOK

Festival Electrochic - Acid Arab présente Climats

11/03/2022 - 20:00 to 23:00
More details

6ème édition du festival électro de l’Ouest Parisien.

Acid Arab présente ‘Climats'

1x1-pixel.pngSi on n'a plus le droit de danser, on a toujours celui d'écouter !
Acid Arab initie ce nouveau projet “Climats“ qui est un concert illustré par la dessinatrice franco-libanaise Raphaëlle Macaron, avec l'envie de proposer des concerts vaporeux, ouverts à l'expérimentation, mêlant dans un geste éthéré création musicale, deejaying et illustration graphique.
Entre live atmosphérique et deejaying transcendantal, le show d'une époque méditative.
Idée originale à l’initiative de Mathieu Diez, directeur du festival Lyon BD et produit par Bonjour Minuit avec le soutien du Confort Moderne.
 

Hyperactive Leslie

1x1-pixel.png
Et si, pour les musiciens du dancefloor, le moment était arrivé de reconquérir, sur scène, le geste instrumental ? Et si l’on pouvait faire rêver les auditeurs ou danser les foules, non plus à l’aide de deux platines, un ordinateur, un synthé ou une boîte à rythmes, mais à l’aide d’un instrument organique et vivant, obéissant aux gestes précis d’un musicien ? C’est l’ambition et l’inspiration du nouveau projet solo du percussionniste et batteur, Antonin Leymarie.
Sous le pseudonyme de Hyperactive Leslie, le musicien français explore une forme singulière de musique ouverte et rythmique, à mi-chemin entre l’acoustique et l’électronique, inspirée à la fois par la techno minimale, le jazz, les musiques traditionnelles et par les percussions de l’Afrique de l’ouest.
« Avec ce nouveau projet musical » dit-il, « c’est comme si je devenais moi-même le séquenceur, comme si je remplaçais le cerveau de la boîte à rythmes ».
 

Chien méchant

1x1-pixel.png
Le duo de musiciens professionnels, amis depuis le lycée, dégage une énergie unique dans leurs prestations, sur des productions électroniques qui mélangent de manière explosive les codes de l’électro, du jazz et du rock psyché.
La palette est large, pouvant rappeler aussi bien Justice, Todd Terje, que Snarky Puppy ou Pink Floyd, le tout sur des textes en Français et en Anglais, parlés, chantés, vocodés, pitchés.
Ils livrent des compositions riches, souvent dansantes, parfois planantes, dans un format de live claviers/batterie ultra-énergétique.

 

BOOK

Les Wampas + Noise Generator - Reporté au 24 mars 2022

24/03/2022 - 20:30 to 23:30
More details

Concert reporté au 24 mars 2022

Concert initialement prévu le 26 mars 2020 (puis 08 octobre 2020) reporté au 01 avril 2021

Les Wampas

Les Wampas sont un groupe de rock alternatif et punk rock français, originaire de la région parisienne. Formé en 1983, le groupe repose essentiellement sur le chanteur Didier Wampas, il était en même temps électricien à la RATP avant de partir en retraite début 2012.

En ce début de 21e siècle, Syd Vicious dirige les Etats-Unis et manifestement, in the UK, c’est l’anarchy. Le climat se réchauffe, les pingouins transpirent, l’Amazonie est en flammes, le prix du beurre augmente et, en plus, il fond – justement à cause du réchauffement climatique. Heureusement Les Wampas vont sauver le monde ! Il fallait que quelqu’un s’en occupe. C’est eux.

Pour dire exactement les choses, ils vont le « sauvre ». L’ingénieur du son américain Jim Diamond a fait une faute de frappe lors de l’enregistrement. On pouvait rêver meilleure fondation qu’une coquille pour le nouveau monde sauvé. Mais c’est comme ça. Il faudra faire avec.

De toute façon, sauver le monde, personne ne sait vraiment comment faire, ni même d’ailleurs ce que ça signifie. Méfiance, donc. Léonie, le sixième morceau, le rappelle. Un monde vraiment sauvé est un fantasme apocalyptique : « Quand l’Agneau ouvrit le septième sceau, il y eut un silence d’environ une demi-heure » (Apocalypse 8 :1). Et cela finit toujours « à coup de parpaing ».

Les Wampas sauvent donc le monde, mais à leur manière.

Tout en restant indéboulonnablement fidèles au punk, ils ont l’intelligence de continuer à questionner leur époque et de rester « résolument modernes » (Rimbaud). Ils ont donc le bon goût de nous épargner le militantisme politique donneur de leçons ou la redite stérile des postures punk des années 80, même si Pernety s’autorise trois minutes de nostalgie.

Inutile de faire l’éloge du chaos et de l’anarchie quand le monde réel ressemble déjà à un immense squat sous héroïne. Au point qu’avec Didier, nous rigolons bien à faire ensemble l’éloge du centrisme, de la modération et de Raymond Barre – qui sont finalement les dernières postures et figures vraiment « rebelles » dans un monde où tout le monde se prétend désormais punk, anti-système ou rock’n’roll.

Sauver le monde, ça ne se fait pas en un claquement de doigts. Ça suppose un travail au long-cour et de la persévérance. Et c’est en ça que Les Wampas sauvent le monde : ils persévèrent dans ce qu’ils sont. Le morceau d’intro, Tu dévisses, ouvre la voie : « Toi au moins tu tentes et tu essaies… Tu dévisses, accroche-toi ! ». Sauver le monde, c’est ce que nous voulions faire quand nous étions petits. Nous voulions réaliser des trucs magiques et extraordinaires. Dans le monde il y a deux catégories de personnes : ceux qui renoncent et ceux qui persévèrent. Et si tu dévisses, accroche-toi !

Les Wampas et Didier Wampas persévèrent. Dans une époque de débilité et de simplification, ils défendent la complexité du réel. Roy, par exemple, dessine le portrait d’un ancien collègue de Didier qui avait la bêtise de voter Front National tout en étant le type le plus chouette du monde : « Y a un truc qui a dû merder quelque part ». C’est souvent qu’il y a un truc qui merde quelque part quand on essaye de sauvre le monde. Mais ce n’est pas pour autant qu’on va renoncer.

Non, on ne va pas renoncer à défendre des désirs utopiques, comme Le Dernier cormoran qui rêve à « des poissons qui n’existent pas ». On ne va pas renoncer à faire l’éloge de la rencontre, comme dans Vomissure triangulaire dont l’intro est bancale et bizarre comme toute vraie histoire d’amour (Lionel des Liminiñas et Jim Diamond ont refusé de la redresser avec ProTool). On ne va pas renoncer à incarner dans nos vies, nos actes, les plus petites choses quotidiennes ce en quoi on croit, puisque tout ça C’est politique.

Les Wampas persévèrent, donc. Et c’est ainsi qu’ils sauvent le monde, au moins quelques minutes, à chaque morceau. Au bout du compte, ça fait quand même un monde sauvé pendant plus de 40 minutes. Les Wampas osent être ce qu’ils sont et vivre ce qu’ils veulent être. C’est pourquoi ils sont punk. C’est aussi pourquoi ils sauvent le monde et sont des héros. Car comme le disait Maurice Merleau-Ponty, le chanteur des Spirit of Phénomenology : « Seul le héros vit jusqu’au bout son rapport au monde et aux hommes ».

 

Yann Kerninon Leader de Cannibal Penguin et philosophe. Dernier ouvrage paru : Sauver le monde

(Ed. Buchet Chastel 2019)

 

Noise Generator

NOISE GENERATOR est un duo Parisien d'électro/punk.

Le groupe puise son inspiration dans divers univers : dub, punk,hardcore,dubstep break beat ,indus.

Il est créé en 2012 par Laurent Noise (guitares, programmation,synthé, ex Charge69) et Kshoo (chant ex Dirty District,Boost, Noxious enjoyment).

Ils viennent défendre leur deuxième album « Compassion 0.0 » sorti cette année.

Alors que les groupes de la scène alternative se reforment un à un. Après Metal Urbain, les Washington Dead Cats, les Bérus dissout depuis, Parabellum, Les Sheriffs viennnent d'annoncer leur come-back. Il est d'autres figures tutélaires de cette époque qui forment de nouveaux groupes sans nostalgie ou combat d'arrière garde. C'est le cas de KShoo qui reprend du service. Noise Generator, réunit le chanteur de feu Dirty District (passé par Boost et Noxious Enjoyment) et Laurent, ex-membre de Charge 69. Ces deux résilients de la scène alternative et punk se retrouvent sous la bannière "Noise Generator". Un combo rock qui fait bouger les lignes pour mieux les exploser. Entre punk, dub, indus et electro, dans le prolongement et la continuité d'un Killing Joke, Noise Generator revendique une musique hors-cadre et un processus créatif simple, efficace et libérateur, loin de toutes les vicissitudes et les contraintes d'un groupe classique.

 

 

BOOK