Chargement en cours

LE SOMMEIL, SES TROUBLES ET LEUR PRISE EN CHARGE

21/11/2019 - 09:30 à 17:00
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 Dijon
En savoir plus

Prérequis

Aucun prérequis nécessaire.

 

Objectifs de la conférence

Apprendre à quoi sert de dormir, à repérer les troubles cachés, catégoriser les types d'insomnie, connaître les prises en charge.

 

Contenus de la conférence

- Qu'est-ce-que le sommeil ?

- À quoi sert de dormir ?

- Quels sont les troubles du sommeil ?

  • Hypersomnies : syndrome d'apnée du sommeil, narcolepsie, hypersomnie idiopathique
  • Insomnies : subjectives, objectives, causes...
  • Dyssomnies : mouvements de membres inférieurs, somniloquie, somnambulisme, énurésie, cauchemars, terreurs nocturnes...

- Dangers des benzodiazépines, servrage

- Prise en charge des troubles du sommeil

 

Public destinataire

Tout public.

 

Durée

Une conférence de 6 heures : de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00.

 

Lieu

SEDAP – 6 Avenue Jean Bertin – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE

Réservez

AVOIR LA RAGE

16/01/2020 - 09:30 à 17:00
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 DIJON
En savoir plus

« J’ai la rage ! » : ce nouveau signe de ralliement des adolescents et jeunes adultes - là où jadis l’enragé était mis à l'écart - traduit son besoin exacerbé de reconnaissance : il pousse chaque individu à donner le meilleur de lui-même et soutient sa créativité. Mais hélas cette rage peut aussi se transformer en force aveuglément destructrice.
 

Entre créer ou détruire, ce moment de basculement témoigne de la vulnérabilité du sujet: comment faire pour que cette rage trouve un chemin positif, devienne un moteur d’épanouissement ?

Daniel Marcelli, pédopsychiatre, connaît bien cette détresse des adolescents qui se sentent incompris. Ils ont besoin d'une approbation, d'une écoute attentive et durable. Mais autour d'eux rodent des séducteurs en tout genre, habiles à attiser leur rage et à la transformer en haine de l'autre. Il faut donc ne pas se fermer les yeux, savoir repérer les signes inquiétants et réagir de manière appropriée à chaque âge.

 

 

Durée

 

Une conférence de 6 heures : de 9h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00.

 

 

Lieu

 

SEDAP – 6 Avenue Jean Bertin – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE-SIMONE VEIL

Réservez

FAIRE FACE AU REFUS DE SOINS

06/02/2020 - 09:30 à 12:30
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 DIJON
En savoir plus

Prérequis

 

Aucun prérequis nécessaire.

 

 

Contenu de la conférence

 

Se soigner, en France, est un droit, rarement une obligation (il existe, dans certaines procédures pénales, des injonctions ou des obligations de soins).

 

En dehors des soins psychiatriques sans consentement (SPSC) qui ont remplacé l’HO et l’HDT, il n’existe que peu de moyens légaux pour forcer quelqu’un - majeur ou mineur - à se soigner, qu’elle que soit sa pathologie, quel que soit son âge (même une personne âgée diminuée par une altération de ses facultés, protégée par une mesure de tutelle), quels que soient les risques pour sa vie et sa santé …

 

Cette conférence fera un point précis sur les difficultés rencontrées par les soignants, par les professionnels de l’action sociale ou médicosociale, confrontés à un refus de soin qui pourrait s’avérer fatal. Elle détaillera le cadre légal du consentement éclairé et de l’autorisation de soins et d’opérer (qui n’existe pas). Elle rappellera qu’il n’est pas possible aux parents, ou au tuteur, encore moins au curateur, de s’opposer aux soins nécessaires à un mineur, un majeur, dont le consentement éclairé doit toujours être recherché. Elle apaisera les professionnels convaincus qu’ils seront poursuivis s’ils ne signalent pas, ou s’ils ne forcent pas l’usager à accepter les soins qui lui sont imposés …

 

Le droit au respect de la vie privée

La notion de vie privée

Les droits (et les devoirs) de chacun

La liberté et ses limites

 

La protection des personnes dites « vulnérables »

La vulnérabilité et ses conséquences

Les procédures de signalement

Un signalement pour quoi faire ?

 

Le droit aux soins

Un droit subjectif face auquel chacun se situe

L’obligation et l’injonction de soins

Le droit aux soins des mineurs

L’autorisation de soins (et d’opérer) des mineurs, des majeurs protégés

 

Le refus de soins (de la part du patient)

Le refus de prise en charge (de la part de l’usager)

Le danger et le péril

La responsabilité des professionnels

 

 

Objectifs de la conférence

 

- Rappeler le cadre légal du droit au respect de la vie privée et du « secret médical »

- Redéfinir la notion de droits (et de devoirs), d’obligations et d’interdictions

- Repréciser la définition et les conséquences de la vulnérabilité, la définition et l’utilité d’un signalement

- Reprendre les bases de la responsabilité (des professionnels) et le cadre légal de l’autorisation de soins et d’opérer

 

 

Durée

 

Une conférence de 3 heures : de 9h30 à 12h30.

 

Lieu

 

SEDAP – 6 Avenue Jean BERTIN – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE

 

Réservez

LES SOINS PSYCHIATRIQUES SANS CONSENTEMENT

06/02/2020 - 14:00 à 17:00
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 DIJON
En savoir plus

Prérequis

 

Aucun prérequis nécessaire.

 

 

Présentation de la conférence

 

Le cadre légal des soins psychiatriques sans consentement a récemment évolué, mais il pose toujours autant de questions juridiques et déontologiques. Il est indispensable de comprendre et de maîtriser les procédures du dispositif pour respecter les droits du patient, et agir au mieux de ses intérêts.

 

Cette conférence abordera de manière concrète les mesures de soins psychiatriques à la demande d’un tiers (SPDT) et de soins psychiatriques à la demande du représentant de l’État (SPDRE) qui remplacent l’HDT et l’HO, les soins ambulatoires, les droits fondamentaux de la personne hospitalisée sous contrainte, et le cas particulier des mineurs. Elle détaillera les procédures de droit commun et d’urgence avant de situer les soins psychiatriques sans consentement dans leur environnement juridique, judiciaire et administratif. Elle répondra aux questions des participants : comment faire admettre un résident, un bénéficiaire, dont l’état le justifie, et qui refuse les soins ? faut-il rédiger un signalement ? Qui peut engager les démarches : le mandataire judiciaire ? l’éducateur ? la famille ? Comment soigner sans obtenir le consentement du patient ? Comment concilier la contrainte et la citoyenneté ? Comment respecter les droits inaliénables du patient dans un cadre par définition liberticide ?

 

 

Objectifs de la conférence

 

- Définir le cadre légal des soins psychiatriques sans consentement (SPSC)

- Détailler les procédures et les formalités à accomplir

- Situer les soins psychiatriques sans consentement dans leur environnement juridique, judiciaire et administratif

- Aborder la situation particulière des mineurs

- Repréciser les droits inaliénables du patient et de la personne prise en charge

- Permettre aux participants de s’approprier les contenus, par l’échange et l’interactivité

- Sécuriser les pratiques professionnelles par une meilleure compréhension du dispositif

 

 

Contenu de la conférence

 

Historique

Point sur la réforme, comparaison avec le cadre précédent.

 

I. Les soins psychiatriques sur demande d’un tiers (SPDT), ou en cas de « péril imminent »

Dispositif de droit commun (définition du tiers, procédure)

Dispositif d’urgence (SPDTU) en cas de « risque grave d’atteinte à l’intégrité du malade »

Dispositif exceptionnel (SPPI) en cas de « péril imminent »

 

1. Les conditions de la prise en charge

Les conditions tenant à l’état du malade (présence de troubles mentaux, impossibilité de consentir à l’hospitalisation, nécessité de soins immédiats)

Les conditions tenant à la qualité des demandeurs

Le cas particulier des mineurs, le rôle du juge des enfants

 

 

2. L’admission

Les certificats médicaux

Le placement sous sauvegarde « médicale »

Le contrôle administratif et judiciaire

 

3. Le dispositif de soins

La période d’observation

Les soins ambulatoires et les autres formes de prise en charge, le programme de soins

Le maintien dans le dispositif

Les permissions, la responsabilité des soignants

Les voies de recours et l’intervention du juge des libertés et de la détention (JLD)

Les soins de longue durée

La fin de la mesure (à l’initiative d’un tiers, pour carence de certificat médical, à l’initiative du préfet, à l’initiative de la commission départementale des soins psychiatriques, à l’initiative du juge des libertés et de la détention)

 

II. Les soins psychiatriques sur décision du représentant de l’État (SPDRE) ou de l’autorité judiciaire

 

Le dispositif de droit commun

Le dispositif d’urgence

Les soins psychiatriques sur décision judiciaire

 

1. Les conditions de prise en charge

 

2. L’admission

 

3. Le dispositif de soins et la levée de la mesure

 

III. Les droits fondamentaux de la personne soignée sans son consentement

 

Le droit de recevoir une information adaptée

Le droit de communiquer avec les autorités (…)

Le droit de saisir la Commission départementale des hospitalisations psychiatriques (CDHP)

Le droit de prendre conseil d'un médecin ou d'un avocat de son choix

Le droit d'émettre ou de recevoir des courriers

Le droit de consulter le règlement intérieur de l'établissement, de recevoir les explications nécessaires

Le droit de voter

Le droit de se livrer aux activités religieuses ou philosophiques de son choix

Le droit à réparation en cas d’hospitalisation abusive

 

 

Durée

 

Une conférence de 3 heures : de 14h00 à 17h00.

 

 

Lieu

 

SEDAP – 6 Avenue Jean BERTIN – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE

 

Réservez

LA PROTECTION DES PERSONNES VULNÉRABLES

04/06/2020 - 09:30 à 17:00
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 DIJON
En savoir plus

Prérequis

 

Aucun prérequis nécessaire.

 

 

Présentation de la conférence

 

La notion de vulnérabilité ou de « personne vulnérable » est de plus en plus utilisée par les professionnels du secteur social et médicosocial. Ils sont néanmoins peu nombreux à en connaître la définition juridique exacte et donc à en appréhender les conséquences. La vulnérabilité juridique d’un individu - majeur ou mineur - peut avoir des conséquences concrètes sur sa vie quotidienne, mais il conserve l’exercice de ses droits fondamentaux, et la faculté de consentir ou de refuser (les soins, la prise en charge). La négation de ses droits fondamentaux, même « pour son bien » ou pour le protéger, n’est pas une conséquence de la vulnérabilité. Cette conférence s’attachera donc à définir la vulnérabilité et ses conséquences, le cadre légal et l’utilité d’un signalement, ainsi que les mesures de protections éventuelles à mettre en place …

 

 

Objectifs de la conférence

 

- Connaître la définition juridique exacte de la vulnérabilité et de la personne vulnérable

- Comprendre les conséquences de la vulnérabilité

- Comprendre le cadre légal d’une personne vulnérable « en danger »

- Détailler les moyens juridiques efficaces pour protéger une personne vulnérable

- Appréhender les droits fondamentaux des personnes vulnérables pour mieux les respecter

 

 

Déroulé

 

- La vulnérabilité et ses conséquences

- Le signalement des personnes vulnérables « mises en danger par autrui »

- La prise en charge et la protection des personnes vulnérables

- Les droits fondamentaux des personnes vulnérables

 

 

Durée

 

Une conférence de 6 heures : de 09h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00.

 

Lieu

 

SEDAP – 6 Avenue Jean BERTIN – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE

 

Réservez

LA RESPONSABILITÉ DES TRAVAILLEURS SOCIAUX ET MÉDICO-SOCIAUX

08/10/2020 - 09:30 à 17:00
SEDAP
6 avenue Jean Bertin - 21000 DIJON
En savoir plus

Prérequis

 

Aucun prérequis nécessaire.

 

 

Présentation de la conférence

 

Chacun, dès sa naissance, est responsable de ce qu’il fait et de ce qu’il ne fait pas, même par inadvertance, imprudence ou négligence : la responsabilité est le contrepoids de la liberté. Chacun, dans sa vie privée et professionnelle, doit répondre de ses actes, et en assumer les conséquences, pénales, disciplinaires ou pécuniaires. Les professionnels de l’action sociale et médicosociale, de l’enfance et de la petite enfance, ont parfois tendance – comme les structures qui les emploient – à se protéger maladroitement de dangers imaginaires, sans prendre d’élémentaires précautions envers ce qui les menace réellement.

 

Identifier les risques encourus permet pourtant de mieux s’en prémunir : le défaut de surveillance, l’administration des médicaments, le droit à l’image et le respect de la vie privée (de l’enfant, de ses parents) seront donc – ainsi que d’autres sujets tout aussi sensibles, comme les autorisations diverses et variées, de sortir, d’aller à la piscine, en ville, au parc, et la délicate question de l’autorité parentale (en cas de divorce, séparation, famille recomposée, homoparentalité : doit-on respecter les droits de visite ? que faire si un père se présente alcoolisé à la crèche ?) – traités de manière concrète et argumentée.

 

Cette conférence se propose de remettre calmement les pendules à l’heure, en permettant à chacun d’appréhender de manière concrète et illustrée les mécanismes de la responsabilité civile, pénale et disciplinaire, pour identifier, limiter et relativiser les risques qu’il encourt. Elle abordera le sujet sous l’angle juridique, mais aussi philosophique, éthique et déontologique. Elle donnera les clés pour comprendre qui est responsable de quoi afin d’adapter le fonctionnement des équipes, des structures : mieux se protéger pour travailler avec plus de sérénité et plus d’efficacité.

 

 

Objectifs de la conférence

 

- Appréhender de manière concrète et illustrée les mécanismes de la responsabilité civile, pénale et disciplinaire, mais aussi morale, collective, éducative …

- Détailler la responsabilité de chacun (mineur, parents, majeur vulnérable, etc.)

- Comprendre quand la responsabilité personnelle du professionnel peut être engagée

- Identifier et relativiser les risques encourus pour mieux les limiter

- Utiliser la traçabilité et l’obligation de moyens, voire le droit de retrait

- Limiter l’inflation d’écrits inutiles et d’autorisations qui ne sont jamais des décharges

 

 

Durée

 

Une conférence de 6 heures : de 09h30 à 12h30 et de 14h00 à 17h00.

 

 

Lieu

 

SEDAP – 6 Avenue Jean BERTIN – 21 000 DIJON  -  TRAM T2 : EUROPE

 

Réservez